Votre dernier numéro

 

Mes voisines, mon réseau

1 juin 2017
Par Geneviève Nadeau, CEO Women in Mind

 

Boulot, métro, dodo. Finalement, ça semblait assez simple. Notre quotidien ressemble plus souvent à réveil, déjeuner, préparation des boîtes à lunch, course vers la garderie, l’école, le travail, le supermarché, retour au service de garde, soccer, tennis ou cube d’énergie, souper, devoirs, vaisselle, lessive, ménage, liste des courses, recherche d’un camp de jour, inscription au camp de jour, tri des vêtements, dodo et rebelotte !

Selon l’étude « Mieux connaître la parentalité » réalisée par l’Institut de la statistique du Québec en 2013 :

• 58 % des parents d’enfants de 0 à 5 ans ont l’impression de courir toute la journée ;
• 35 % disent être physiquement épuisés à l’heure du souper.

Les journées sont trop courtes pour tout faire dans un monde où la famille et les copines n’habitent pas à proximité. Et si les voisines étaient les meilleures alliées dans ce quotidien bien rempli ?

Les voisines habitent le même quartier et ont des besoins similaires. Elles sont pleines de ressources et gagnent à se connaître et à s’entraider. Que ce soit pour trouver une gardienne ou une garderie, un plombier ou un mécanicien, une aide ménagère ou quelqu’un pour tondre le gazon ou promener le chien, un bon resto ou le meilleur coiffeur dans le quartier, les voisines peuvent se référer les bonnes adresses. L’une d’entre elles connaît sûrement un organisme communautaire ou une famille dans le besoin à qui donner vêtements et jouets ou un endroit où faire du bénévolat.

Les voisines font aussi d’excellentes partenaires de course, de marche, de tennis ou de vélo. Qui de mieux qu’une maman du quartier pour aller au parc avec les enfants ou prendre un café ou un verre de vin ?

On dit que ça prend un village pour élever un enfant. Un bon réseau de proximité facilite tellement le quotidien pour concilier famille et travail. On n’ose plus cogner aux portes des voisines; souvent on ne connaît pas les gens qui habitent sur notre rue. On n’ose pas déranger. C’est pour se faciliter le quotidien que des Québécoises, mères de famille, ont lancé l’application mobile WIM, un réseau social de voisines. WIM connecte les femmes d’un même quartier pour favoriser l’entraide, le partage et les rencontres entre voisines. Selon la plus grande étude sur le bonheur menée par l’université Harvard, les bonnes relations nous rendent plus heureux et en meilleure santé.

L’application mobile WIM est gratuite et disponible partout au Québec. www.womeninmind.com  

Retour