Votre dernier numéro

 

L’éducation parentale un long processus

1 février 2018
Par Marylène Maheux, maman de Gabrielle, 5 ans

 

Le suis une maman monoparentale depuis maintenant 3 ans. C’est avec simplicité que je vous partage ma réflexion sur l’éducation parentale qui anime mon cœur de maman! Nous sommes tous des êtres parfaitement imparfaits et uniques! Nous portons en nous bien plus que notre bagage culturel et familial. Ce bagage de vie teinte aussi bien notre vision du monde que celui de l’éducation parentale!

Quand ma fille est née, je me suis toujours promise de veiller sur cette petite fleur et d’être la meilleure maman pour Gabrielle!

À 5 ans, Gabrielle est une fine observatrice! Un oubli, une mauvaise parole dans une chanson, un soupir d’impatience, une rôtie trop brûlée; elle observe tout! Un jour, elle m’avait même critiquée de ne pas lui avoir mis son jus dans sa boîte à dîner! Hé oui, j’oublie! Je suis humaine et imparfaite! En lui confiant la tâche de choisir et de mettre elle-même son jus dans sa boîte, elle se sentait grande et responsable; cela a réglé la situation!

Accepter les décisions. Un jour, l’enseignante de ma fille m’a expliqué le concept du grand chef / petit chef. Vous connaissez ? Le grand et le petit chef décident chacun des choses bien définies. L’enfant peut aussi choisir entre 2 options (déterminées par le parent). Depuis que j’ai mis de l’avant ce concept, ma fille accepte mieux mes décisions malgré qu’elle ne soit pas toujours d’accord! Lorsque tu seras grande, tu pourras toi aussi prendre des décisions de grand chef.

Lorsque je souhaite que mon enfant écoute moins de télévision, mange plus équilibré, fasse plus de sport, par exemples, je me questionne à savoir : « Est-ce que je le fais déjà pour moi-même ? Quel modèle suis-je pour elle ? Quelles sont les valeurs que je veux mettre de l’avant dans ma vie ? Comment puis-je l’influencer positivement ? » Pensons-y, les enfants nous imitent!

Transformer une tâche désagréable en y intégrant le jeu! Faire son lit en jouant à la souris (qui se sauve sous les draps) et ensuite à la souris qui doit remettre les draps aux 4 coins du lit… Collaboration et plaisir, ça devient génial!

Croire que l’on est capable, croire en son potentiel, cultiver l’espoir, la persévérance, cultiver une image positive de soi-même, s’intéresser, essayer des choses nouvelles et surmonter nos peurs sont autant de petits facteurs qui nous influencent directement ainsi que ceux qui vivent sous notre toit… Et on peut même influencer notre entourage! Que résonne pour vous cette phrase : « Je ne suis pas inquiète pour toi » ? Moi, je ressens une belle attention, une marque de confiance. Avec confiance, on peut plus facilement s’ouvrir et dire oui à la vie, devenir sa propre allumeuse d’étoiles et rayonner!

Guider et orienter. Quand Gabrielle me dit : « Je ne sais pas quoi faire maman, c’est plate! Je veux juste écouter la télévision. » Ah, je perds la tête! Je lui propose différents jeux qui ne lui conviennent pas toujours… « Si rien ne t’intéresse, tu peux décider de ne rien faire et relaxer. » Prendre une pause d’appareils électroniques… pour développer sa créativité par exemple. Trouver une activité de bricolage simple à réaliser seule ou à plusieurs!

Patience, constance, supervision, temps, flexibilité, cohérence, bienveillance et amour sont au cœur de l’éducation parentale. C’est un long processus qui se bâtit et évolue un pas à la fois…  

Au fil du temps, notre bagage de vie se modifie selon nos expériences. Il est de notre responsabilité de se mettre en action et de cultiver le positivisme pour être heureux un jour à la fois! Meilleurs vœux à tous pour 2018!

Retour