Votre dernier numéro

 

Un papa toujours prêt

1 octobre 2018
Par Daniel Haines, papa de Léandre 6 ans, Félix 3 ans et Elliot 1 ans

 

En ces temps de technologie et de loisirs où le scoutisme disparaît à petit feu, il n’est malgré tout pas difficile d’en vanter les mérites. Tous ceux qui y sont passés, ne serait-ce qu’une année ou deux, ne peuvent en nier les bienfaits. Cet article n’est pas là pour vous faire changer d’opinion, mais plutôt pour vous faire voir comment ça l’a changé ma vie et comment ça m’a aidé dans mon rôle de papa.


« Bon, bon, bon, comment est-ce que de chanter des chansons autour d’un feu et de dormir dans le bois peuvent t’aider à être papa? », vous dites-vous peut-être ? Et c’est là toute la beauté du scoutisme. En apparence, pour les non-initiés, c’est tout ce que l’on fait. Par contre, ces passages dans la nature avec peu d’équipement nous enseignent un certain esprit de communauté et de travail d’équipe incroyable.


Les jeunes qui grandissent à travers le mouvement sont guidés par dix lois. Cette base nous sert à nous dépasser et nous inspire à devenir une meilleure version de nous-même. En voici quelques points, avec des exemples concrets de la vie de parent qui vous feront voir l’ampleur des apprentissages.


1. Le scout mérite et fait confiance.
Qui n’a pas besoin d’un partenaire sur qui compter, qui l’épaulera malgré les difficultés et les nuits « terrible 2 » sans fin ? Heuh… tout le monde! J’ai appris que malgré la fatigue et du vomi dans les cheveux, il faut continuer. Nos enfants comptent sur nous pour les protéger et les aider eux aussi à bien progresser dans la vie. Quel exemple serions-nous si nous baissions les bras à la première difficulté ?


3. Le scout rend service et agit pour un monde plus juste.
Le scoutisme est basé sur le bénévolat. Sans dire que nous donnons sans compter, nous donnons le temps que nous pouvons pour aider les autres. Nous voulons une société juste et équitable. En tant que parents, nous voulons que nos enfants aient une ouverture sur les autres et nous voulons être un exemple pour eux. Je suis sur le CÉ de l’école de mon fils et j’ai aidé à mettre sur pied une organisation de parents qui peuvent aider à mettre la main à la pâte pour améliorer la vie scolaire. Si vous ne le faites pas, personne ne va le faire pour vous.

7. Le scout fait de son mieux.

Ce n’est pas toujours facile, après plusieurs nuits blanches ou une crise de bacon à l’épicerie, de faire de son mieux. Parfois, nous aimerions tout laisser là et partir à Vegas ou les mettre devant la Pat’ Patrouille tout l’après-midi pour avoir un peu de calme… J’ai appris que de faire de son mieux ne veut pas dire être parfait. Ça signifie de faire ce que nous pouvons avec ce que nous avons. J’ai appris à connaître mes limites et à faire confiance aux autres autour de moi.

Grâce au scoutisme, j’ai appris à être toujours prêt. Quand je vais à l’hôpital avec un de mes enfants, j’apporte toujours un sac avec des collations, des jouets, des livres et des trucs pour le faire patienter. En auto, il y a toujours une bouteille d’eau, des kleenex ou des petits sacs… on ne sait jamais! C’est certain que ce genre d’apprentissage n’est pas exclusif aux scouts. Plusieurs parents font sûrement déjà toutes ces choses, mais pour moi, le scoutisme m’a ouvert les yeux sur les autres. Mes amis m’ont appris le sens de la famille, de l’entraide et du respect. Des valeurs importantes qui ont guidé mes pas et qui, j’espère, guideront ceux de mes trois garçons. Baden Powell, le fondateur, voulait que nous laissions le monde meilleur que quand nous sommes arrivés. C’est bien ce que je compte faire en élevant mes garçons avec ces valeurs.

 

Retour