Par Première Ressource

 

Une mère racontait le plus naturellement du monde qu’elle allait un soir par semaine, avec deux de ses trois adolescentes, travailler bénévolement dans un centre pour itinérants. Un jour, alors qu’elles s’apprêtaient à partir, une amie de sa troisième fille, présente à la maison, souhaitait vivre à son tour cette expérience. Les deux copines ont donc participé à cette activité qui est devenue à partir de ce jour un rendez-vous régulier pour elles aussi.

L’adolescence correspond à une période de recherche de soi : on veut se connaître et prendre part à toutes sortes d’événements pour se définir. Cette tendance, très saine, est tout à fait compatible avec le bénévolat. Bon nombre d’adolescents au Québec s’y adonnent. Les statistiques montrent qu’ils sont au moins aussi nombreux que les autres générations à en faire, explique Michel-Alexandre Cauchon, directeur de la Fédération des centres d’action bénévole du Québec1.

Ce type d’engagement a une incidence positive sur le développement psychosocial et le sentiment d’appartenance, et ce, notamment en temps de pandémie. Les besoins actuels sont criants. Pourquoi ne pas saisir l’occasion d’amorcer une telle démarche?

De façon générale, les adolescents aiment s’impliquer dans des projets qui les intéressent. En offrant quelques heures de bénévolat par semaine, ils peuvent contribuer au mieux-être des gens et de la société. Ainsi, en plus de se sentir utiles et fiers, ils peuvent découvrir de nouvelles facettes d’eux-mêmes. Les avantages récoltés de ces expériences sont multiples. La reconnaissance sociale, le travail d’équipe, le sentiment d’accomplissement personnel et de valorisation n’en sont que quelques illustrations.

Devant ces effets bénéfiques, quels parents d’adolescents ne souhaiteraient pas encourager de telles activités? La meilleure façon de faire est certainement de donner l’exemple avant tout, et de partager le plaisir qu’on en retire. Si vous n’avez pas le temps pour du bénévolat, vous pouvez malgré tout en discuter avec vos enfants et les exposer aux différentes possibilités liées à leurs champs d’intérêt. Enfin, l’influence d’autres adolescents engagés est aussi très puissante et ne peut qu’accroître la curiosité des vôtres. Plusieurs organismes sont toujours à la recherche de jeunes vaillants et motivés. N’hésitez pas à aborder le sujet en famille. Qui sait?

 

1Porter, Isabelle. Les adolescents prennent la relève des bénévoles âgés, Le Devoir, 27 mars 2020.